Nous sommes le 16 déc. 2017 13:07

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 68 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 Suivante
Auteur Message
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 févr. 2015 17:03 
Hors ligne

Enregistré le : 18 janv. 2015 18:47
Messages : 98
je ne veux pas traiter ici, dans ce post, de la disparition de Quéméner - une panoplie d'hypothéses existent, aucune ne me satisfait pleinement, y compris la dernière de Denis Langlois, mais je n'ai rien à proposer pour faire avancer le schmilblick... et je crains, que sur ce point, on continue à piétiner

par contre, sur l'objectif supposé du rendez-vous à la BPC, je considère peu probable qu'il ait eu lieu - il s'est sans doute passé quelque chose entre Houdan et Paris, qu'on ne maîtrise pas (et qu'on ne maîtrisera sans doute jamais) - je pencherai pour une forte crispation entre les deux zèbres, Seznec comprenant qu'il s'est fait embobiné... explication houleuse avec issue fatale pour Quéméner ? ou dépôt de Quéméner dans une gare ? pour quelle destination ? toujours est-il que la valise n'a plus son propriétaire et qu'on la retrouve un jour au Havre.

le volet des faux est celui où on a le plus d'éléments et celui où on a encore quelque chance de découvrir des pièces permettant d'avancer, mais c'est un autre sujet où Seznec, revanchard, récidive dans la malchance... la scoumoune !


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 févr. 2015 18:39 
Hors ligne

Enregistré le : 21 janv. 2015 11:35
Messages : 206
Je tentais d'imaginer une version qui puisse expliquer que des témoins n'aient vu personne descendre de voiture pour prendre le train à Houdan, et que d'autres aient vu Seznec arrêté seul dès 23h quelques kilomètres avant La-Queue-Les-Yvelines, la voiture pointant en direction de la province.

Si je vous suis, le rdv ave du Maine a bien existé dans l'agenda de Quémeneur (façon de parler) mais n'a pas eu lieu.

C'est effectivement bizarre que Seznec, si il a bien déposé Quémeneur à Versailles, ne l'ait pas signalé à la police.

Quelque chose se serait passé, comme vous le soulignez, après Houdan.

Quelque chose de suffisamment embarrassant pour que Seznec ne veuille le dévoiler ?

Dans le 1er livre de Me Langlois, il y a une description assez longue du passage à Dreux lors du voyage vers Paris.

Lors de la deuxième réparation chez Hodey, celui-ci leur affirme que ça devrait aller jusqu'à Paris s'ils ne forcent pas trop, et qu'en cas de nouvelle panne, il y a toujours le train.

Quémeneur, qui semble tout d'un coup moins pressé, paye l'apéritif. Est-ce qu'il a à cet instant déjà décidé de prendre le train ?

Il y a peut-être à creuser aussi de ce côté


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 févr. 2015 19:23 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
Olijuseb
Citation :
Je tentais d'imaginer une version qui puisse expliquer que des témoins n'aient vu personne descendre de voiture pour prendre le train à Houdan, et que d'autres aient vu Seznec arrêté seul dès 23h quelques kilomètres avant La-Queue-Les-Yvelines, la voiture pointant en direction de la province.

J'ai toujours eu le sentiment que c'est bien à quelques kilomètres de Houdan qu'il s'était passé un truc. Vous le savez le témoignage de la dame Mallet, pourtant assez précis fut escamoté par les policiers et non-porté à la connaissance des journalistes alors que celui de Dectot me paraissait plus aléatoire, avec les phares éblouissants et la conversation jamais confirmée par Seznec a eu droit à la publicité.
C'est à peu près a cet endroit que Seznec en 1954 situera l'enlèvement (6 à 8 kms de Houdan dira t-il à Marestet) de Quéméneur par deux hommes arrivés dans une autre voiture dont un athlète..., j'avais pensé à Wladek forcément.

Quéméneur pouvait très bien trouver un hôtel et reprendre le train le lendemain matin pour être à son rendez-vous. La gare des Invalides n'était pas loin de l'avenue du Maine.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 févr. 2015 19:52 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
Sur le blog de Mme Langellier à propos de Marestet
http://piste.de.lormaye.over-blog.com/p ... 47404.html
Seznec ne parle pas de distance, il dit: "nous ne sommes pas allés loin"
A noter que c'est Langlois qui nous donne cette info!


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 19 févr. 2015 21:00 
Hors ligne

Enregistré le : 21 janv. 2015 11:35
Messages : 206
À moins que, si l'on s'en tient à l'hypothèse résultant du témoignage de Petit-Guillaume que Me Langlois révèle dans son dernier livre, et je dis bien SI :

Le couple Seznec, tout au long de l'instruction et jusqu'à la fin, a été très soudé.

S'ils se sont mis d'accord pour que Marie-Jeanne ne soit jamais soupçonnée de l'homicide involontaire qu'elle a commis, tout sera fait pour éloigner les recherches de Morlaix... comme par exemple ne pas révéler que Quémeneur a pris le train à Versailles.

En laissant croire qu'il l'avait pris à Dreux, puis par obligation, à Houdan, Guillaume protégeait Marie-Jeanne car il orientait les recherches afin qu'elles se cantonnent à cette région.

Il me semble d'ailleurs que Denis Le Her-Seznec perpétue cette tactique car je crois avoir lu quelque part qu'il s'est séparé de Denis Langlois lorsque celui-ci a commencé à trop fouiner du côté de Morlaix.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 févr. 2015 0:15 
Hors ligne

Enregistré le : 18 janv. 2015 18:47
Messages : 98
il faut bien voir que tout ce qui se dit après la disparition de Quéméner, est plombé par la préparation ou la réalisation des faux et ne nous éclaire pas forcément sur le voyage à Paris et le but de ce voyage
le problème dans l'affaire Seznec réside dans le paradoxe qu'il y a entre la densité des données et la rareté de données objectives - et de façon un peu automatique, à l'analyse des faits, tout s'emmêle
aux enquêteurs qui l'interrogent sur son déplacement à Paris les 1er et 2 juin, Seznec répond qu'il s'est enquis du passage de Quéméner à l'hôtel de Normandie en fin de journée du 2, soit il savait que Quéméner était passé de vie à trépas mais il avait en tête qu'on pouvait plus tard l'interroger sur ce point, soit il n'en avait rien à cirer - dans ce dernier cas, je ne vois pas bien pourquoi on ne sait toujours pas son emploi du temps entre le départ du Plat d'Etain et le passage du laitier.
dans toute l'histoire, la logique ne paraît pas évidente, le bon sens, dans la mesure du possible, doit remédier à cet état de fait


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 févr. 2015 10:06 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
Seznek
Citation :
..../qui l'interrogent sur son déplacement à Paris les 1er et 2 juin, Seznec répond qu'il s'est enquis du passage de Quéméner à l'hôtel de Normandie en fin de journée du 2,

Déjà sur ce voyage des 1 et 2 juin il y a plusieurs remarques:
-Vous le savez il n'a admis sa présence à Paris le 2 qu'au bout de tergiversations ,(rappelez-vous le versement des salaires de ses ouvriers), qu'à son arrivée à la prison de Morlaix (c'est là qui essaiera de faire entrer Kerné dans la ronde).
-Pour ce qui est de la prise de nouvelles de son ami à l'hôtel de Normandie; dans la voiture avec les policiers, le 28 juin, je crois, il finira par dire qu'en fait, c'est dans le bar d'à côté..... Des vérifications seront faites qui ne donneront rien..., évidement.
De toute évidence il connaissait déjà le sort de son ami....


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 févr. 2015 10:59 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
Citation :
le bon sens, dans la mesure du possible, doit remédier à cet état de fait

Visiblement le voyage commun aux deux amis s'est interrompu, pour une raison ou pour une autre après Houdan et là le but de ce voyage semble s'évanouir avec cette séparation, au moins pour Seznec. Il s'en retourne avec sa bagnole brinquebalante.

Pour Quéméneur survie or...not?
Bon! ... Le survivant qui a eu un mois pour mettre au point un scénario n'est pas très habile. Son histoire ne tient pas la route, c'est bien étrange et en plus, il y a la confusion fatale entre Houdan et Dreux qui met tout par terre.
Le guet-apens n'a pas été retenu à juste raison, le pitoyable système de défense avancé prouve au moins qu'il n'y a pas eu préméditation. L'assassin dans ce cas aurait été plus attentif dans ses points de repère....

Revenons à la supposée victime... Finalement il a été occis sur place par son pote ou il pris le train pour Paris, à Versailles, par exemple..

Dans un scénario à la Marestet; une autre voiture arrive: ils avaient rendez-vous, elle est de passage, elle les guettait....

Bon sens, bon sens.....

Voyons à la lumière des révélations de Petit-Guillaume que nous mixons avec du Marestet qui tenait sa version du Père lui-même.
Admettons un instant que Pierrot passe la nuit et arrive le lendemain à Paris....
Le copain, il ne sait plus très bien quoi faire. C'est à lui de ramener la caisse pourrie.. La poisse!
Plus question de la vendre, à quoi bon la sortir du garage?
moi il me semblait qu'il y avait un délai assez long entre le départ de chez Nourrisson et l'arrivée chez Hodey, comme s'il avait attendu.

Il prend la route, grognon de ce plan foireux, tant d'énergie pour rien. Il arrive chez lui et retrouve son compagnon qui n'est pas au mieux de sa forme.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 févr. 2015 11:39 
Hors ligne

Enregistré le : 18 janv. 2015 18:47
Messages : 98
faute d'éléments concrets, les uns et les autres on échafaude des solutions, on imagine et on baisse parfois les bras, faute d'avancer
pour revenir une fois de plus à l'objet du post, il n'est pas inutile de citer Seznec dans ses premières déclarations aux enquêteurs, ainsi il précise au commissaire Cunat, le 26 juin " Comme M. Quéméneur avait rendez-vous le lendemain matin à 8 heures à Paris, rue ou avenue du Maine, avec le nommé Scherdy..."

il sera reproché à Hervé d'avoir fait un rapprochement trop rapide avec la BPC, qui se trouve effectivement avenue du Maine, mais moi, ce qui me surprend, c'est que lorsque Seznec est interrogé sur son emploi du temps du 2 juin à Paris, et qu'il dit qu'il est "descendu rue du Maine", on ne lui demandera pas de préciser où, à quel numéro, chez qui ? en fait, de cette journée du 2 juin, on retiendra surtout le passage (réel ou imaginaire ?) de Seznec au bureau de poste.

dans cette affaire, on doit jongler sans cesse avec les insuffisances (volontaires ou pas) de l'enquête.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 févr. 2015 12:03 
Hors ligne

Enregistré le : 21 janv. 2015 11:35
Messages : 206
seznek a écrit :
pour revenir une fois de plus à l'objet du post, il n'est pas inutile de citer Seznec dans ses premières déclarations


Au début du fil de ce topic, vous disiez "on s'y perd un peu avec les déclarations de Seznec - essayons de faire sans"

Dans "Le Matin" du 30 juin 1923 ( http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5 ... age.langFR ) :

Par ailleurs. avant que fussent entreprises ces vérifications dans la région de Dreux, M. Sezenec avait été conduit à l'hôtel de Normandie, près de, la gare Saint-Lazare, où il affirmait, on le sait, être venu demander, le 1er juin, si on y avait pus vu
M. Quemeneur. Mais à peine arrivé dans cet hôtel, M. Sezenec se ravisa et dit :

Non, je me trompe. Ce n'est pas ici que je suis venu mais dans le restaurant d'à côté où j'ai interrogé la caissière et le garçon qui me servait.

Questionnés, ceux-ci déclarèrent qu'ils ne se souvenaient point de cela et qu'ils ne reconnaissaient pas M. Sezenec.

Celui-ci avait dit en outre qu'au cours de cette même journée du 1er juin, il était allé voir un homme d'affaires au sujet d'un procès auquel il est mêlé dans les Côtes-du-Nord. Mais il ne put s'expliquer avec suffisamment de précision pour qu'on le retrouvât le nom et l'adresse de cet homme d'affaires.

Qu'a donc fait M. Sezenec au cours de cette journée de voyage à Paris, le ler juin ?


Bizarre qu'au départ il ne donne pas le nom de Gautier...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 févr. 2015 12:27 
Hors ligne

Enregistré le : 18 janv. 2015 18:47
Messages : 98
@olijuseb

j'accepte volontiers votre coup de bâton, pour ma défense, disons que c'est en réaction aux déductions faciles et nombreuses que nous pouvons faire à partir des multiples déclarations de Seznec

pour ce qui est de la journée du 2 juin, il parle bien à 2 reprises de la rue ou avenue du Maine, ce n'est pas anodin, il ne confond pas avec une autre rue rue ou avenue

son passage à l'Hôtel de Normandie n'est pas certifié, il fait des déclarations contradictoires - ce qui permet de déduire aisément que le sort de son compagnon de route n'était pas son premier souci

sur le cas Gautier, on aura l'occasion d'en reparler longuement, en voilà un qui est passé à travers les gouttes sans émouvoir grand monde


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 févr. 2015 13:11 
Hors ligne

Enregistré le : 21 janv. 2015 11:35
Messages : 206
Ce n'était pas vraiment un coup de bâton, mais simplement un message visant à vous signaler que je suis vos pistes avec beaucoup d'attention, mais n'étant pas un spécialiste de l'affaire, vous risquez de me semer en allant trop vite...

J'ai repris votre premier post et c'est vrai que les 2 types que rencontre Quémeneur à Rennes à l'Hôtel de Paris posent question...

D'autant qu'il leur donne beaucoup de détails sur le voyage qu'il doit faire avec Seznec, leur demande quelle est la route la plus directe pour aller à Paris, combien de kilomètres...

L'un des type lui indique la route qui passe par Pré-en-Pail, lui donne même un hôtel dans cette localité, et lui dit qu'avec une Cadillac ils ne devraient pas mettre plus de 7 heures...

Ce à quoi répond Quémeneur : "Si mon ami tarde trop, je vais prendre le train, car je tiens à être à Paris le plus vite possible"

Quémeneur avait déjà un plan ?

Dommage que le journaliste ne donne pas les noms de ces 2 gars... Ont-ils accepté de livrer leur témoignage à la seule condition de rester anonymes ?

Qui cela pouvait-il être ? Je pense que Vacquié avait des agents dans la région de Rennes puisqu'il faisait paraitre des annonces en 1922 afin d'en recruter

En tout cas, il est certain que les 2 types connaissaient le trajet qu'allaient emprunter nos deux zèbres !


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 févr. 2015 13:20 
Hors ligne

Enregistré le : 21 janv. 2015 11:35
Messages : 206
seznek a écrit :
sur le cas Gautier, on aura l'occasion d'en reparler longuement, en voilà un qui est passé à travers les gouttes sans émouvoir grand monde


Sur le cas Gautier, Mme Langellier a publié un article très documenté le 16 janvier 2015 :

http://piste.de.lormaye.over-blog.com/2 ... laume.html


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 févr. 2015 14:49 
Hors ligne

Enregistré le : 18 janv. 2015 18:47
Messages : 98
... tout à fait,

dans mon optique de séparer l'affaire en trois parties distinctes, je garde le camarade Gautier pour le troisième volet, à savoir les faux - je ne vois pas de lien, pour le moment, entre Vacquié et Gautier - nos deux escrocs sont des personnages importants de l'affaire, trouver leur rôle exact n'est guère aisé, mais, à mon sens, pas impossible... et inutile pour cela d'aller consulter des archives à Whashington.

les enquêteurs en savent évidemment autant que les journalistes en ce qui concerne les camarades d'apéro de Rennes, or rien na filtré - un black-out total depuis 1923 - si Denis Seznec, dans un dernier baroud d'honneur, pouvait nous en dire plus, je suis preneur...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 févr. 2015 15:59 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
Seznec n'est pas clair pour la nuit du 25 au 26, sa version de la séparation avec son ami est tirée par les cheveux. Idem pour son voyage à Paris.
Très vite il admet le 1 juin, (certainement pour faire croire qu'il s'est enquis de son camarade), mais il met plus de quinze jours à confirmer qu'il était bien à Paname le 2 juin aussi, sans qu'il dise ce qu'il a fait, qui il a vu, où il a couché.....

Bon il finira par dire qu'il a rendu visite à Gautier, au sujet de son affaire de diffamation contre Croissant.....
Il aurait trouvé l'adresse de l'avocat dans le journal, une de ses annonces... C'est vrai que les honoraires paraissent abordables....
Il est peut-être venu demander des conseils pour un ami dont la femme aurait tuer accidentellement un notable....
Toujours est-il que deux jours pour ça, ça fait beaucoup!


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 68 messages ]  Aller à la page Précédente 1 2 3 4 5 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com