Nous sommes le 17 déc. 2017 10:00

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 12 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Hôtel des Voyageurs
MessagePosté : 20 sept. 2015 14:03 
Hors ligne

Enregistré le : 21 janv. 2015 11:35
Messages : 206
Que sait-on de cet établissement ?

C'est là qu'auraient été signées, le 22 mai 1923, les promesses de vente en échange des dollars américains.

Le 31 octobre 1910, Auguste Adolphe Lombard et sa sœur Adèle Émilie Lombard vendent le Grand Bar Lombard exploité à Brest rue de la Mairie 49.

À la même époque, Pierre Quémeneur est marchand de boissons en gros et se fait dresser procès-verbal pour transport de 25 litres d'eau-de-vie et 8 litres 50 d'alcool pur sans expéditions.

Le 14 décembre 1910, Auguste Adolphe Lombard et sa sœur Adèle Émilie Lombard rachètent le fond de commerce d'hôtel exploité sous le nom d'"Hôtel des Voyageurs" rue de Siam 16 avec annexe rue de la Marie 24.

En janvier 1914, les plans de transformation étant approuvés par la mairie de Brest, un café fut ouvert, annexé à l'hôtel.

Le 6 janvier 1916, Auguste Adolphe Lombard est tué à l'ennemi dans le secteur de Beauséjour dans la Marne.

Sa sœur Adèle continua seule l'exploitation jusqu'en 1919, année où ses droits et ceux de ses deux autres frères, Georges et Émile, furent mis en commun dans une société collective sous le nom d'Hôtel des Voyageurs.

En 1923 et 1924, seul Émile Lombard dépose en tant que directeur de l'Hôtel des Voyageurs. Étonnant non ?

D'autant plus étonnant que Émile Lombard, avant d'embrasser la carrière d'hôtelier en 1919, était clerc et avoué !

De là à dire qu'il a pu taper les vraies promesses de vente... disons qu'il avait au moins les capacités de le faire.

En tout cas, si Quémeneur connaissait les Lombard depuis les années 1910, l'Hôtel des Voyageurs n'a peut-être pas été choisi au hasard.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 sept. 2015 14:45 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
Pour cet épisode du 22 mai, nous n'avons que la version de Seznec et pour cause. Une fois encore, le récit n'est pas clair et va évoluer devant les invraisemblances.
(Je sais il y a le témoignage Vérant. Il arrive bien tard, le notaire semble s'être fait un peu forcer la parole par Le Hir, d'où un rétro-pédalage assez laborieux.

Seznec aurait donné le top départ d'une opération de cadillacs la veille au soir. Le 22, donc, il passe chez Legrand et se retrouve devant chez Quéméneur. Ils filent sur Brest. Il a les dollars sur lui, ceux de Marie-Jeanne parait-il. On ne sait pas très bien pourquoi? Pour les changer?
Bon, avec les dollars de sa femme il achète entre midi et deux une propriété lugubre au milieu des bois.... sans son avis? Cette acquisition va bouleverser leur vie, à lui, à sa femme si fatiguée et à ses enfants?
Remarquez, pendant tout le mois à suivre, le couple ne prend aucune disposition pour se séparer de Traon Ar Velin, une mise en vente par exemple.

Et si le document signé ce jour-là n'était pas une promesse de vente mais tout simplement une reconnaissance de dette, avec comme garantie Traou-nez?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 sept. 2015 17:10 
Hors ligne

Enregistré le : 21 janv. 2015 11:35
Messages : 206
Je ne dis pas le contraire, je note simplement qu'il est question d'acte sous seing privé signé dans un hôtel où l'un des directeurs fut clerc et avoué.

Coïncidence troublante non ?

En fait, d'après les témoignages que vous citez, auxquels ont peut rajouter Lombard, Pansel et Boulic, on peut penser que Quémeneur et Seznec ont effectivement déjeuné dans cet établissement le 22 mai 1923. Pour le reste...

Juste pour info, François Pansel était maître d'hôtel à Lorient en mars 1914 et garçon de café à Brest en 1923. Il a donc emprunté l'ascenseur social, mais pour descendre...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 sept. 2015 20:10 
Hors ligne

Enregistré le : 13 août 2015 18:08
Messages : 304
Ça c'est une information importante : un ancien clerc patron de l'hôtel où aurait été signé un acte sous seing privé susceptible d'avoir pu dactylographier cet acte et pourquoi pas en effet un reçu pour des dollars à valoir sur Traou Nez. MJ trouvait peut être Traou Nez lugubre mais elle explique à un journaliste les projets du couple, pépinière etc... Je n' ai pas le temps de chercher mais je crois que c'est dans l'ouest éclair.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 sept. 2015 20:38 
Hors ligne

Enregistré le : 21 janv. 2015 11:35
Messages : 206
Ouest-Éclair du 18 juillet 1923 :

"A Plourivo, les Seznec auraient défriché le terrain, créé des pépinières, exploité les bois et l'affaire aurait été fructueuse dans un délai de cinq ou six ans. Pourtant, le domaine de Plourivo ne plaisait pas à Mme Seznec à cause de son isolement et de son caractère sauvage".


Marie-Jeanne avait l'art de souffler le chaud et le froid. Quand à Lombard, si l'on en croit sa déposition rapportée dans le Petit parisien du 1er novembre 1924, non content d'avoir été clerc, avoué puis maître d'hôtel, il était aussi comique :

"Le 22 mai l923, dépose M. Lombard, qui tient un hôtel à Brest, MM. Quémeneur et Seznec vinrent déjeuner chez moi. Je m'assis auprès d'eux et
assistai à leur Conversation.

Quelle était-elle interroge le président. S'agissait-il de la propriété de Traonez qui venait d'être achetée, au dire de l'inculpé, ou des dollars ? De quoi causaient-ils ?

Ils parlaient du latin dans les écoles. {Hilarité générale.)"


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 sept. 2015 21:07 
Hors ligne

Enregistré le : 13 août 2015 18:08
Messages : 304
Remarquez, après plusieurs années à Pont Croix où très probablement Seznec a appris le latin et le grec il pouvait avoir un avis autorisé sur une question qui défraie la chronique encore de nos jours !!!Mais c'est vrai que cette réponse, comique dans le contexte pourrait s'appeler "botter en touche "...


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 sept. 2015 21:07 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
Citation :
Ils parlaient du latin dans les écoles. {Hilarité générale.)"

J'allais vous le dire...
Est-ce à dire qu'il n'a rien vu, rien entendu? Parce qu'il n'y avait rien à voir?
C'est lui qui a rédigé les actes présentés plus tard; il pouvait le dire aux enquêteurs, après tout il n'avait pas à accabler Seznec clean sur ce coup.
C'est lui qui a rédigé des actes différents de ceux présentés, pouvait-il faire part de ses doutes?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 20 sept. 2015 21:34 
Hors ligne

Enregistré le : 21 janv. 2015 11:35
Messages : 206
Est-ce qu'il aurait pu rédiger de vraies promesses qui auraient été utilisées par la suite comme modèles pour taper les fausses ?

Si les vraies comportaient elles aussi un volet visant à spolier le fisc, le seul témoin étant Quémeneur, Lombard a peut-être jugé bon de ne pas broncher.

La visite de Seznec chez Gautier début juin n'avait-elle pas pour but un avis sur ce qu'il était possible de faire avec cet acte sous seing privé ? L'avocat véreux s'y connaissait en escroqueries et autres abus de confiance. Est-ce lui qui aurait suggéré à Guillaume de faire des faux et de fabriquer la piste du Havre ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 21 sept. 2015 6:28 
Hors ligne

Enregistré le : 17 juil. 2007 20:19
Messages : 463
Localisation : finistère
Dans le cas d'une simple reconnaissance de dette (en double exemplaire) Quéméneur ne se serait-il pas contenter de les rédiger à main levée sur papier timbré?
Dans son esprit il a besoin des dollars de Seznec que pour quelques jours: il achète les Cadillac pour les revendre aussitôt avec plus-value.

La vente de la propriété à la sauvette est peu vraisemblable. Fait-on ce genre d'opération à l'improvise sur un coin de table. Si Seznec avait les dollars sur lui (probablement pas les 4000), c'est parce qu'ils avaient décidé avant le départ de quelque chose.

Spolier le fisc certainement mais ne pas oublier que les dollars étaient déjà de l'argent dissimulé....
En rendant visite à Gautier, Seznec cherchait-il une solution pour leur donner une existence légale?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 21 sept. 2015 6:46 
Hors ligne

Enregistré le : 13 août 2015 18:08
Messages : 304
Je pense que le couple Seznec a vu dans l'exploitation de Traou Nez une planche de salut généreusement et TRÈS amicalement tendue par P.Quemeneur et ont saisi cette planche. La promesse de vente était assez sérieuse pour que Kerne s'en emeuve craignant la perte de sa concession. Seznec a pris le train pour Landerneau le 22 mai Si j'ai bien compris Quemeneur l'a récupéré à la gare avec sa Panhard. Les dollars ont bien pu être enfermés à clef dans la Panhard et y rester. Un acte sous seing privé sera rédigé avec l'aimable contribution de Lombard. La nature de cet acte je ne sais pas, mais il n'était pas exploitable en l'état pour l'obtention de Traou Nez et il a fallu le retaper. Un complice ?peut-être. Au procès l'équipe Chenouard a témoigné que Seznec s'est fait expliquer le fonctionnement de la machine et semblait s' y connaître. Il a déjà eu des Royal en sa possession. Un complice pour les faux c'est bien dangereux... Par contre les conseils de Gautier, pourquoi pas ?


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 21 sept. 2015 11:40 
Hors ligne

Enregistré le : 15 sept. 2015 18:38
Messages : 22
Localisation : Morlaix
bonjour à tous
le complice de G Seznec ne serait il pas De Jaegher ?
Il habite Morlaix, il est rencontre GZ très souvent, ils connaissent tous deux une situation financière difficile : De Jaegher à déposé son bilan en 1922 en laissant une ardoise à Quéméner de 64862 F , Seznec doit déposé le sien contre son gré le 13 juillet 1923.

De Jaegher rencontre Seznec:
le 28 mai 1923 jour du retour de GZ de son périple
le 04 juin 1923 il est présent lors du passage de Jenny Quemener
le 12 juin 1923 il est présent à Traon ar Velin jour supposé du départ de GZ vers Plouaret et Le Havre?
le 15 juin 1923 de nouveau présent chez GZ à son retour du Havre?
le 21 juin il est à Traon ar Velin
le 26 juin il voit Seznec dans Morlaix
le 27 juin il est à Traon ar Velin

ces dates sont reconnues, il y en sans doute d'autres.

De Jaegher, courtier maritime, qui collabore avec Querné, sait se servir d'une machine à écrire et vu son métier connait un minimum sur le droit.
Il est le seul à déclarer avoir vu la promesse de vente ( sa déposition du 06 juillet 1923)

ses témoignages ( faux?) sont en faveur de G Seznec
Jusqu'à la piste du Pays de Galles.

N'aurait il pas accompagné Guillaume Seznec au Havre? cela expliquerait le timing pour le télégramme posté à 16h35
bien sûr ils ne voyagent pas ensemble, ils conviennent de se retrouver au Havre

au retour il tape la fameuse promesse.

Merci pour vos points de vue sur mes élucubrations.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePosté : 21 sept. 2015 14:08 
Hors ligne

Enregistré le : 13 août 2015 18:08
Messages : 304
Bonjour Viaduc et bienvenue. Ce que vous écrivez n' a rien d'une élucubration. En fait plusieurs sur le forum pensent que si il y a complicité c'est du côté de De Jaegher qu'il faut regarder. Ce que vous écrivez me confirme dans cette idée. D'autres vous donneront peut-être leur avis.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 12 messages ] 

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Yahoo [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com